Compte-rendu de la rencontre kayak et ostréiculture du 8 mars 2016

Flore, faune et paysages rencontrés en kayak de mer
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Jef29200
Administrateur
Messages : 1037
Inscription : lun. janv. 14, 2013 12:05 pm
Localisation : Finistère, Morbihan, Côtes d'Armor
Contact :

Compte-rendu de la rencontre kayak et ostréiculture du 8 mars 2016

Message par Jef29200 » mer. mars 30, 2016 9:09 am

Rencontre kayak et ostréiculture du 8 mars 2016

Compte-rendu d’une matinée d’échanges entre kayakistes pratiquants, loueurs et Yvonnick Jégat, ostréiculteur à  Arradon, organisé par le Canoë Kayak Club de Vannes, le Comité régional de conchyliculture (CRC) et le Parc naturel régional (PNR). L’objectif était de découvrir la profession et ses contraintes, apprendre à  mieux se connaître, et évoquer les problèmes éventuels recensés dans le Golfe par nos usages respectifs. Une quinzaine de structures présentes, dont le cercle nautique d’Etel, venu nous apporter des éclairages sur des solutions adoptées dans le balisage.


Ronan Pasco, responsable du Pôle Mer et Littoral du PNR, a expliqué le rôle d’accompagnement des structure par le Parc, dans l’organisation de leurs manifestations, et évoqué la complémentarité avec le Schéma de mise en valeur de la mer, mis en place par les services de l’Etat.



Nadine Ségalen (CRC), a présenté différents points de repères sur le métier d’ostréiculteur, un occupant temporaire, encadré par des règles précises, et rappelé des règles qui s’adressent aux autres usagers : pêche à  pied interdite dans le parc et 15 m autour. Respect des élevages et des infrastructures, ne pas piétiner les semis ni ouvrir les poches. L'accès des concessions à  basse mer est interdit.


La rencontre avec Yvonnick Jégat s’est montrée très instructive, de l’ravis des participants, particulièrement demandeurs d’informations. L’échange, démarré en salle, s’est poursuivi sur la barge ostréicole, pour aller à  la découverte de sa concession. Emplacement des élevages, balisage, comportement de certains pratiquants, licenciés ou occasionnels ont été évoqués. « La nature est sympa certaines années, elle l’est nettement moins d’autres années, a souligné Yvonnick Jégat en évoquant une forte mortalité en 2013, et les dégâts causés par la daurade, friande d’huîtres. Il vaut mieux prendre cinq minutes pour faire le tour du parc à  huîtres si l’on craint de ne pas pouvoir passer, que de descendre du kayak et de le tirer. Des huîtres enfoncées dans le sable sont perdues ».



Problèmes de comportements.

Un participant a rappelé la distinction entre trois sortes de kayakistes : le puriste qui pagaie avec un kayak de très bonne qualité et respectera autant son matériel que les concessions ostréicoles ; la personne qui achète son bateau dans un magasin de sport et ne connaît rien aux règles de navigation ; et la personne qui loue un kayak, occasionnellement. Les responsables des structures ont aussi clairement fait la distinction entre les pratiquants et ceux qui prélèvent des huîtres : « les voleurs ».






Une rencontre fructueuse

Les échanges ont été fructueux et plusieurs points ont été évoqués : manque d’information ressenti par les kayakistes sur la culture des huîtres à  plat (à  même le sable), problème de balisage des parcs, problèmes de tables renversées et de piquets en fer, difficultés à  se repérer dans le Golfe pour des pagayeurs parfois néophytes, et sensibilisation des pratiquants, occasionnels ou licenciés en clubs. « Nous prenons une demi-heure pour bien informer les gens de toutes les caractéristiques du Golfe, avant qu’ils embarquent sur leurs kayaks, et nous les sensibilisons, mais certains n’arrivent pas à  interpréter les balisages, l’entrée des parcs et les chenaux » confiaient des loueurs. L’utilisation de couleurs, adoptée par les professionnels de la Ria d’Etel, semblerait une solution intéressante. « La réflexion sur un nouveau balisage est en cours depuis quelques années, mais le coût est considérable, nous souhaiterions ne pas être les seuls à  financer » commente Nadine Segalen. La recherche de solutions, avec des messages simples de type : on passe ou on ne passe pas, avec des couleurs, a été également proposée par un responsable de structure.


Plusieurs propositions avancées afin de mieux sensibiliser le plus grand nombre :

intervention d’ostréiculteurs et de membres du PNR lors des grandes rencontres de kayakistes,

l’organisation d’une rencontre, lors des séances d’initiation en début d’année, entre les nouveaux adhérents des clubs et un exploitant conchylicole permettrait d’avoir des pratiquants plus attentifs par la suite.

Création d’une carte du Golfe indiquant les cultures marines, téléchargeables sur smartphones.

Parmi les réactions à  la fin de la séance :

De l’avis de tous, la rencontre était très profitable, il faut maintenant relayer l’info. On a bien entendu les difficultés des professionnels, il faut faire circuler l’info auprès des pratiquants. Demande d’un meilleur balisage, recherche de solutions moins coûteuses en faisant participer les gens. Poses de messages simples avec des couleurs, de type : « on passe », ou « on ne passe pas ».

En bref….

Ronan Pasco a annoncé l’opération Golfe propre, prévue le samedi 4 juin, en invitant les structures à  veiller à  ne pas débarquer sur les îlots en APPB. Par ailleurs, le 23 mars, sera proposé un temps d’échange sur la faune du Golfe, à  9 h à  la Réserve naturelle de Séné.


Contacts :

Anne Dalmais (CKCV)

Nadine Ségalen (Comité Régional Conchylicole)

Ronan Pasco (Parc Naturel Régional)

Avatar de l’utilisateur
Jef29200
Administrateur
Messages : 1037
Inscription : lun. janv. 14, 2013 12:05 pm
Localisation : Finistère, Morbihan, Côtes d'Armor
Contact :

Re : Compte-rendu de la rencontre kayak et ostréiculture du 8 mars 2016

Message par Jef29200 » mer. mars 30, 2016 9:14 am

Les principaux usages en mer dans le Golfe du Morbihan.
Usagers du Golfe .jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Répondre